Mots-clés

, , , , , , , , ,

licenceIV1Enfin un groupe mythique des années 80, qui de plus est Français. Tout le monde se souvient de Licence IV, c’est obligatoire, ou alors retournons à leur début en 1986.

licenceIV2Originaire de l’Ain, la formation est lancée à la force du poignet par Patrick Sebastien en 1986. Prenant le nom de Licence IV pour faire référence à l’autorisation de vendre de l’alcool, le groupe va rencontrer un grand succès jusqu’à 1991, notamment grâce à un répertoire populaire composé de chansons à boire. En 1987, avec sa chanson la plus populaire « Viens boire un petit coup à la maison », le groupe garde la place de numéro 1 au Top 50, pendant 13 semaines. Pas mal pour une chanson populaire non ? Leurs autres chansons vont rester assez anonyme, mais tout trentenaire doit au moins en connaitre deux .

1986 Viens boire un p’tit coup à la maison
1987 La bague au doigt, c’est pas le pied
1987 C’est l’heure du jaune
1987 Demain on reste au lit
1989 Casa-pêche
1989 Vive la France
1991 Saga auvergnats
1993 Petite équipe, mais grand cœur

 

A la suite du décès d’Olivier Guillot dans un accident de voiture en 1994, le groupe va se dissoudre.

Ce groupe était composé de Francis Vacher (1958-2010), d’Olivier Guillot (????-1994) et de Gilles Lecouty (1942-….).

licenceIV3Patrick Sebastien malgré tout ce qu’on peut dire sur lui, est un vrai découvreur de talent, et il ne s’est pas trompé à l’époque en mettant toute sa confiance en eux. Grâce à des mélodies populaires, et le même état d’esprit que Sebastien, le groupe va s’imposer par des déconnades, et des rimes bien grasses.

De part leur chanson limite paillarde, Licence IV peut être rapproché des Musclés, seulement différencié par le public que les deux groupes touchés, les enfants et adolescents pour l’un, les adultes et la France de tous les jours pour l’autre.

Encore un exemple de ce qu’on pouvait faire dans nos chères années, il serait en effet de nos jours impossible d’amener des tubes de ce style en haut des classements, ou même tout simplement de porter le nom de Licence IV. Comme quoi c’était mieux avant …

 

 

Publicités